Mois : octobre 2015

Café : les producteurs peinent à augmenter leur revenu

Publié le

Les coopératives de café en Haïti cherchent depuis des lustres à avoir une augmentation de revenu. Elles savent que pour y arriver, il y a deux possibilités. Augmenter la production du café et faire le choix de la qualité avec une certification Bio.
Café certifié, revenu doublé. C’est un secret de Polichinelle connu de tous les producteurs du café. Mais le coût élevé de la certification laisse les producteurs dans leurs petits souliers. « Le café organique se vend deux fois plus cher sur le marché nord­américain et de l’Europe. Mais, il faut environ trois mille dollars américains pour se procurer ce label. Avec le niveau actuel de la production du café, c’est plus qu’évident que les dépenses effectuées pour labéliser le café seront supérieures aux ventes de ce produit », a indiqué l’agronome Angrand Joubert, coordonnateur de l’Institut national du café d’Haïti (INCAH). A 1 10/28/2015 Café : les producteurs peinent à augmenter leur revenu http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/146486/Cafe­les­producteurs­peinent­a­augmenter­leur­revenu 3/12 travers le plan de relance de la production du café, il y aura un changement de cap, selon l’agronome Angrand Joubert. L’INCAH va favoriser l’exportation des petits parquets de café de qualité au lieu d’une grande quantité à des prix bas. En Haïti, deux coopératives disposent d’une certification Bio, selon le coordonnateur de l’INCAH. Il s’agit de la Coopérative agricole caféière Vincent Ogé de Dondon (COOPACVOD) et de la Coopérative agricole et caféière Gabart Vaillant (CAVGAVA) qui se trouvent toutes les deux dans le Nord. La première détient cette certification depuis cinq ans et exporte un café de qualité depuis ce temps comme l’autre. Il y a plein d’autres coopératives de café en Haïti qui s’intéressent au label Bio, mais elles ne peuvent pas s’offrir cette marque à cause de leur situation financière. Le ministère de l’Agriculture ne les finance pas pour qu’elles puissent produire un café labélisé Bio. Les deux coopératives à Dondon qui fonctionnent avec une certification Bio avaient reçu l’appui d’une organisation non gouvernementale pour se donner cette faveur. « Si notre café n’avait pas répondu aux exigences internationales pour être labélisé Bio, on aurait perdu cinq mille dollars US. Or, pour une coopérative comme la nôtre, cette somme pèse lourd dans la balance », a indiqué Dubois Francisque, administrateur de la COOPACVOD, selon un article publié sur le site du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). « Avec la certification, nous avons trouvé une niche en Amérique du Nord où la livre s’y vend à 3,5 dollars. Avant la certification, notre livre de café se vendait à moins de deux dollars », at­il ajouté. Avec le problème posé par la rouille et l’insecte scolyte, les deux coopératives qui exportaient entre 3 et 4 containers de 33 000 livres de café entre 2011 et 2013 ont vu leur exportation diminuer considérablement en 2014. 10/28/2015 Café : les producteurs peinent à augmenter leur revenu http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/146486/Cafe­les­producteurs­peinent­a­augmenter­leur­revenu 4/12 PARTAGER CET ARTICLE Vous aimerez aussi L’augmentation de la production constitue l’autre axe sur lequel se penchent les producteurs pour augmenter leur revenu. Mais ces derniers doivent lutter contre deux grands maux : la rouille et le scolyte. Ensuite, il y a aussi le vieillissement de 70% du verger caféier qui est un autre obstacle à la production sur lequel ils butent. Ce n’est pas tout, avec les changements climatiques, la qualité et le rendement de la production du café au niveau de certaines régions du pays pourraient réduire, selon une récente étude réalisée par le Centre international pour l’agriculture (CIAT) et Catholic Relief Services (CRS). Les producteurs ne cessent de solliciter l’accompagnement de l’Etat pour sortir de cet imbroglio puisque la filière café dans le pays est depuis quelques années en perte de vitesse. AUTEUR Gérard Junior Jeanty jeantygerardjr@lenouvelliste.com 114 103 3 0